Il n’y a pas d’âge pour pêcher, mais il faut avoir les bonnes bases. La meilleure façon de les connaitre serait de prendre des expériences auprès des « anciens ». Ces derniers seront de bons conseils quant au matériel minimum et maximum nécessaire adapté à chaque type de pêche.

Il existe plusieurs façons de pêcher. Si vous ne tenez pas en place ou que vous n’avez pas assez de patience, l’idéal serait de pratiquer la pêche sportive, comme la pêche au coup. Cette technique permet de pêcher facilement et efficacement beaucoup de poissons. La pêche au coup se pratique dans tous les plans d’eau : rivières, lacs, eau douce ou ruisseaux. Elle ne nécessite que trois matériels, qui sont l’appât, la ligne à monter et la canne. Il existe des « prêtes à pêcher » qui sont des kits intégrant directement canne à pêche et ligne. Utiles et efficaces, ces matériels sont destinés à une pêche occasionnelle et opportuniste. Quant à la pêche à la truite, il est nécessaire d’avoir le bon matériel. Ces poissons sont de nature méfiante.

Ainsi, pour pouvoir lancer de loin votre appât, l’idéal serait de se munir d’une canne, d’un moulinet et d’une bobine de fil de 150 mètres environ. Pour la réussite de pêche, le montage le plus courant est le montage flotteur. Pour pêcher la perche, des équipements spéciaux s’imposent. La raison est que ce poisson est de nature vorace et qu’il se déplace souvent en banc. Pour la canne, cette pratique nécessite un modèle léger. Suivant la taille des leurres, il existe des cannes Ultra-light, Light ou Medium-Light. Plus la canne est longue, plus elle ira loin. Pour la pêche de la perche aux leurres, il est inutile d’avoir un moulinet qui contient 200 mètres de fil. 150 mètres peuvent suffire. Quant au fil, plusieurs types peuvent convenir : la tresse, le nylon ou le fluorocarbone.

Depuis toujours, les pêcheurs sont convaincus que la lune a une grande influence sur les poissons. Pourquoi ne pas en prendre compte pour avoir pêche fructueuse ? D’ailleurs, pour aboutir à cette théorie, le pêcheur américain John Alden Knight a longtemps observé le phénomène. Ce pêcheur a fondé ces observations sur les effets des phases lunaires, la vie des poissons et le résultat obtenu de la pêche. Il a pu ainsi établir la théorie « solunaire », sur lequel est marqué les jours et les heures les plus favorables ou mauvais à la pêche. D’après ces analyses, la nouvelle et la pleine lune ont une grande influence sur la pêche. Durant la pleine lune, les poissons se nourrissent une grande partie de la nuit, du fait de sa luminosité.

L’appétit de ces animaux aquatiques est par ailleurs influencé par les différentes phases de cet astre. Cela permet également de déterminer les bonnes et mauvaises périodes pour pêcher. Les moments les plus favorables à la pratique seraient les deux jours avant la nouvelle lune et les deux jours précédant la pleine lune. Les pêcheurs expérimentés y croient, c’est lors du lever et du coucher de la lune et du soleil que l’on fait les meilleures prises. En général, la pêche est bonne une heure avant et après ces phénomènes de la nature. Toutes ces techniques de pêche tournent autour de l’astre lunaire. Elles ont été établies pour augmenter les chances de réussite de chacun, surtout les débutants.