Les appâts tiennent un rôle important dans la pêche en eau douce. Ils sont nombreux et suffisent amplement à garnir nos hameçons (budget 0 euro). Reste à savoir les multiples endroits où on peut les apercevoir. Le choix des appâts dépendent des types de poissons. Donc, bien choisir les leurres appétissants.

Vers de terre ou gammares ?

Les vers de terre sont des leurres très prisés des pêcheurs pour attraper, presque tous les types de poissons, y compris les truites. Si vous souhaitez sortir plus de poissons que d’habitude, il faut respecter leur alimentation naturelle. Et ce n’est pas les esches qui nous manquent. Les lombrics sont très faciles à trouver pour les pêcheurs que pour les poissons: sous la surface du sol (il n’y a qu’à creuser). Pour vous faciliter la tâche, on peut même les trouver près de l’endroit de votre pêche. Adapter les selon votre hameçon. Privilégier les appâts bien vivants. Ce sera une bonne stratégie vis-à-vis des poissons. De la sorte, vous ne les servez que leurs propres nourritures habituelles (quoi de plus pour les attirer davantage ?).

Les vers sont catégorisés en groupes et dont plusieurs espèces sont très favorables pour servir d’appâts. Le groupe des épigés sont les vers de terre de petite taille. Ils se nourrissent des matières organiques, l’alimentation commune de tous les vers de terre. Et on peut les trouver à la surface du sol. Le groupe des endogés sont les vers de terre de taille moyenne. Ils se nourrissent de terre, également riche en matière organique. De cela, ils vivent dans le sol (riche en matière organique). C’est le groupe des anéciques qui ont la plus grande taille. Quant à eux, ils se nourrissent de débris organiques à la surface du sol. Plutôt rencontrés dans le jardin.

Par contre, si vous voulez à tout prix pêcher et repêcher, attraper les crustacés amphipodes, c’est-à-dire les petites crevettes d’eau douce. Effectivement, comme son nom l’indique, ils foisonnent dans les eaux douces. Mais d’autres espèces ne survivent qu’en mer,…Abrités sous les cailloux, accrochés parmi les algues (les herbiers). Car ces crevettes d’eau douce subsistent à l’abri des lumières. Elles mangent des larves, des végétaux organiques et se nourrissent également entre eux. Manifestement, les petits gammares en sont les cibles. Donc, les plus recommandés sont les gros gammares, adaptés à la taille de l’hameçon et encore vivants. L’agitation de ces appâts sur l’hameçon ne peut qu’attirer les poissons (prise assurée).

Toutefois, notons que les gammares tiennent un rôle très important dans la pollution de l’eau. Il existe des tas de leurres que l’on pourrait adopter. Néanmoins, les vers de terre et ou les gammares en sont les principaux à privilégier pour la pêche en douce. Surtout si vous voulez attraper plus de poissons, et encore, parmi les plus variés. Mais, bonne que la pêche soit, les vrais pêcheurs ont aussi leur propre éthique, que tous pêcheurs devraient prendre en compte, concernant : les poissons et les appâts endémiques, les poissons en reproduction, la quantité correcte des poissons à pêcher (considérable et pas trop excessif).